BFL répond à vos questions les plus fréquemment posées sur l’humidité capillaire
Cette semaine et la semaine prochaine, BFL répond à vos questions les plus fréquemment posées : les remontées capillaires et nos solutions I.P.G et I.P.E n’auront plus aucun secret pour vous ! Traiter les remontées capillaires, est-ce vraiment obligatoire ?  Les remontées capillaires dans les murs de votre logement présentent de nombreux risques : problèmes de santé, dégradation de […]

Cette semaine et la semaine prochaine, BFL répond à vos questions les plus fréquemment posées : les remontées capillaires et nos solutions I.P.G et I.P.E n’auront plus aucun secret pour vous !

Traiter les remontées capillaires, est-ce vraiment obligatoire ? 

Les remontées capillaires dans les murs de votre logement présentent de nombreux risques : problèmes de santé, dégradation de l’habitat, pourrissement des murs ou encore mauvaises odeurs. Ne pas traiter les remontées capillaires, c’est également devoir réaliser de nombreux travaux, souvent chers : peinture, crépis, destruction de murs… De plus, les murs humides absorbent considérablement la chaleur, ce qui entraîne une augmentation de l’utilisation du chauffage : en moyenne 25 % de consommation d’énergie en plus.

Le traitement des remontées par capillarité est donc indispensable pour une meilleure qualité de vie et des économies considérables.

Inverser les polarités pour lutter contre l’humidité, ça consiste en quoi exactement ?

Chez BFL, nous traitons les problèmes d’humidité grâce à l’inversement des polarités. En effet, les remontées capillaires sont engendrées par l’humidité du sol, qui remonte naturellement dans les murs. En d’autres termes, les molécules d’eau présentent dans le sol s’orientent à la verticale, pour remonter progressivement à travers les pores des murs. Une fois emprisonnée à l’intérieur des murs de votre logement, l’eau cherche à s’en échapper, ce qui entraîne l’apparition de moisissures, de salpêtre, de champignons et bien d’autres désagréments.

Fort heureusement, les systèmes à inverseur de polarité sont là pour contrer le phénomène de remontées capillaires : ils envoient des audiofréquences les empêchant de s’orienter vers le haut. Les inverseurs de polarité rejettent les molécules d’eau qui sont repoussées vers le sol, comme lorsque vous souhaitez rapprocher les pôles nord de deux aimants.

Nos solutions I.P.G et I.P.E sont donc basées sur un principe électro-physique et un phénomène de gravité simple, mais redoutablement efficace.

Comment BFL diagnostique les remontées capillaires ?

Avant de traiter les remontées capillaires, BFL les diagnostique de deux façons : d’abord avec les signes visibles, puis techniquement. Tout d’abord, les franges d’humidité, les peintures cloquées, les murs dégradés ou encore la présence d’auréoles ne trompent pas : l’humidité est présente dans les murs du logement et il faut l’éradiquer rapidement. Pour analyser de façon plus précise le type de remontée capillaire, BFL se base sur 4 techniques :

  • L’analyse des sels minéraux : en remontant dans les murs, les molécules d’eau transportent des sels minéraux (sulfate et/ou nitrate). BFL utilise des révélateurs de sel, permettant de déterminer le taux d’humidité des murs.
  • L’utilisation d’un voltmètre : lorsque l’eau se heurte aux lignes de fractures, une charge électrique est générée. Elle se mesure grâce à un voltmètre qui permet de déterminer l’ampleur de la charge.
  • L’humidimètre : comme son nom l’indique, il permet de relever le taux d’humidité présent dans les murs.
  • La bombe à carbure : elle sert à mesurer la pression de gaz dégagée dans le mur. Plus il y a de pression, plus il y a de gaz. Et plus il y a de gaz, plus le mur est humide. Cet appareil permet une mesure très exacte du taux d’humidité.

Les spécialistes BFL mettent tout en œuvre pour éradiquer les remontées capillaires grâce à des analyses précises.

Vous souhaitez réaliser un diagnostic d’humidité de votre logement avec BFL ? Contactez-nous !

1